Bienvenue

Bonjour et bienvenue sur ce blog. Ce blog est d'abord destiné aux passionnés du Puy du Fou®. Vous ; oui ; vous là, vous ne connaissez pas le Puy du Fou® ? Le Puy du Fou® est tout d'abord un domaine seigneurial doté d'un grand passé. Un lieu chargé d'Histoire, de l'antiquité aux guerres de Vendée en passant par le moyen-age et la renaissance. Depuis 1978, cette Histoire est raconté dans un grand spectacle de nuit vivant : La Cinéscenie®. Dix ans plus tard, un parc de loisir d'un nouveau genre est né sur le même lieu, jouxtant à l'aire scénique de la Cinéscenie®, ce parc retrace l'Histoire de la Vendée et de la France par le biais de nombreux spectacles et animations. Pour découvrir le Puy du Fou® en images, rendez-vous sur le site officiel du Puy du Fou.

dimanche 14 janvier 2007

Puy du Fou® : vers 2006 et au delà...

Voici quelques éléments supplémentaires sur cette nouveauté 2006 et les prochaines à venir à court et moyen terme (horizon 2006-2015).

Le grand manège équestre, actuellement en construction, aura une architecture du XVII ème siècle. Sa façade de 90 mètres sera en brique et son toit recouvert d’ardoises. La piste sera longue de 70 mètres. 50 chevaux seront préparés pour ce nouveau spectacle.

Sur les prochains thêmes à explorer au Grand Parc, on trouvera la préhistoire avec la cité lacustre, le XX ème Siècle avec la Tranchée des Baïonnettes et le XVI ème Siècle avec le Grand Spectacle Renaissance.

La Cinéscénie® ne sera pas oubliée avec un nouvelles scène, la « Reconstitution du Château » : un décor escamotable du château reconstitué et qui disparaîtra en s’effondrant, en moment de la Bataille de 1794, et un agrandissement de la scène existant qui va permettre d’ajouter encore de la profondeur au décor du spectacle pour dépasser les 30 hectares de scène.

Mousquetaire de Richelieu débarque au Puy du Fou®

Alors que le chantier suit son cours, voici les premières modélisations 3D de la salle de la future salle de spectacle du Puy du Fou® qui ouvrira dès 2006.


Le Puy du Fou® pousse son site et la réservation en ligne

Le Puy du Fou® pousse son site et la réservation en ligne
Le parc d'attractions a fait d'Internet l'élement central de sa stratégie média. Une nouvelle version du site doit faire croître le nombre des réservations en ligne, actuellement limitées à 5 % du total des ventes.

Même si le Puy du Fou® déploie toute son énergie pour plonger le spectateur au cœur des époques les plus reculées, le parc d'attraction avance à grand pas vers l'ère du tout numérique coté communication et service client. Une nouvelle version entièrement en Flash de son site a été lancée en novembre mettant la vidéo et le diaporama au cœur de la présentation. Le site est désormais proposé en cinq langues (anglais, espagnol, allemand, néerlandais, français). Les objectifs : donner à l'internaute l'envie de découvrir les lieux et opter pour la réservation en ligne.

"Le site Internet représente la part la plus importante de notre stratégie média, car ce canal, à la différence des autres médias, nous permet de présenter l'ensemble de la gamme du parc de manière la plus exhaustive possible", indique David Nouaille, responsable marketing et communication, en charge du site. Dans cette optique, l'ensemble du site a été remodelé autour d'une navigation originale apparaissant sous forme de frise chronologique dynamique et cliquable, permettant de découvrir les différentes attractions du Puy du Fou®.


Sur la partie grand public, tout un ensemble de vidéos en haute définition et de diaporamas offrent des extraits de chaque spectacle, le site étant axé autour du thème du voyage dans le temps. Cette présentation permet de retenir l'internaute plus longtemps sur le site, le temps de visite moyen dépassant les 8 minutes. "Nous voulions à la fois donner un avant-goût aux internautes découvrant le Puy du Fou® tout en mettant également des goodies à disposition de ceux qui l'ont déjà visité" précise David Nouaille.

Des espaces professionnels ont également été développés avec la possibilité de télécharger des brochures en ligne, et prochainement des spots radio, des témoignages et des interviews.

Au-delà de l'aspect graphique, la nouvelle version répond également à la volonté de dynamiser le canal des ventes sur Internet. Celui-ci ne représente à l'heure actuelle qu'environ 5 % des ventes totales avec 11.000 fiches de réservation remplies en ligne, soit environ 40.000 billets vendus via le Web. Cette part encore faible d'achats online s'explique par le fait que le site ne permet pas aux professionnels du tourisme de réserver directement en ligne. Ils sont orientés vers le call center du parc qui compte 25 hôtesses.

"Les entrées du parc se composent à 60 % d'achats individuels de familles et à 40 % d'achats réalisés par des professionnels" indique-t-on au Puy Du Fou®, expliquant la priorité mise sur la partie grand public du site. Toutefois, le parc de loisirs offre tout de même aux professionnels la possibilité de réserver en ligne des packages via son partenariat avec le CDT de Vendée. L'organisme a ouvert l'été dernier un espace en ligne à destination des agences de voyage (lire l'article du 11/07/05) et permet la réservation de packages dynamiques comprenant l'entrée au parc.

Le coût de la nouvelle version avoisine les 70.000 euros. Le parc d'attraction s'est montré en revanche économe sur le marketing online, puisqu'il mise pour le moment principalement sur le référencement naturel pour assurer sa promotion. "Ce nouveau site en flash risque de nous porter préjudice en ce qui concerne notre référencement. C'est pourquoi nous sommes actuellement en train de réfléchir à la mise en place d'une stratégie d'achat de mots-clés et d'affiliation pour pallier ce risque, mais également pour passer à une vitesse supérieure sur la communication en ligne", confie le responsable marketing et communication.

D'ici le début 2006, le parc de loisirs proposera la possibilité de réaliser des packages dynamiques au-delà des 7 packages actuellement proposés en ligne. De cette manière, l'internaute deviendra davantage autonome et n'aura pas à compléter sa réservation par un passage obligé par le call center pour réserver des places pour les spectacles spéciaux, des réservations de casques de traduction, ce qui est notamment important pour la clientèle étrangère.

Pour remplacer le voucher (bon d'échange), l'équipe travaille sur un projet de ticket électronique permettant aux internautes de s'imprimer leurs billets pour entrer au parc directement grâce à un code barre reconnu à l'entrée du parc.

Source : JournalduNet

Chantier : une nouvelle attraction au Puy du Fou®

Le parc à thème vendéen lance cette saison son spectacle «Mousquetaire de Richelieu», la plus grosse production de son histoire. Pour l’accueillir, il a construit un théâtre de 6.000 mètres carrés, pour un investissement total de 10,5 millions d’euros.

Quatrième parc à thème français avec 800.000 visiteurs pour quatre mois d’ouverture, le Grand Parc du Puy du Fou
® poursuit le développement de ses attractions en ouvrant le Grand Carrousel, un théâtre couvert de 6.000 mètres carrés, entouré de 3 hectares de jardins, à la française où sera produit son nouveau spectacle de cape et d’épée : «Mousquetaire de Richelieu».


Ce nouveau divertissement aura coûté la bagatelle de 8 millions d’euros pour le bâtiment à l’architecture d’inspiration XVIIème siècle, dont la capacité est de 3 000 places, plus 2,5 millions d’euros pour le spectacle équestre.

Par ailleurs, les gestionnaires du parc étudient un projet d’hôtel à thème sur ce site de 43 hectares, qui pourrait être suivi d’autres projets.

En 2005, le Grand Parc du Puy du Fou
® a réalisé un chiffre d’affaires de 23,21 millions d’euros et dégagé un résultat net 1,8 millions d’euros.

Source : Batiactu

Le Puy du Fou® se dote d'une Villa Gallo-Romaine

Ce premier établissement hôtelier sera thématisé. 100 chambres pouvant accueillir jusqu'à 500 personnes. Le nombre de séjours de 2 et 3 jours en augmentation.

Quatrième parc à thème français, le Puy du Fou® s'inscrit de plus en plus comme une destination à part entière. "Nous avons une augmentation très forte des demandes de séjours de 2 et désormais de 3 jours, déclare David Nouaille, directeur marketing et commercial. Nous avons dû nous adapter, offrir de nouveaux produits packages et même nous diversifier dans notre métier en devenant également hôtelier." Le Puy du Fou® va effectivement offrir à sa clientèle la possibilité de dormir sur place et ainsi d'éviter de devoir reprendre sa voiture pour parcourir la dizaine de kilomètres le séparant des hôtels de la région - souvent surbookés en haute saison. La Villa Gallo-Romaine qui ouvrira ses portes pour la 19e saison du parc, soit mi-avril 2007, permet un accès à pied direct et bénéficie d'une entrée privilégiée. Totalement thématisé, du jardin intérieur au restaurant, en passant par le personnel, l'hôtel "va plonger les visiteurs dans un voyage dans le temps". Il comptera une centaine de chambres, toutes extensibles pour 5 personnes afin de privilégier les séjours en famille. La chambre sera affichée au prix de 70,50 euros par adulte et 30,50 euros par enfant, et les offres packagées hôtels + parc seront dévoilées mi octobre dans la nouvelle brochure et sur le salon du MIT international (du 18 au 21 octobre). Elles seront disponibles aussi bien en direct que chez les autocaristes, les agences et les TO (Lagrange, Selectour, Vendée Resa en partenariat avec Afat Voyages...). Au regard du nombre de visiteurs par jour (7 000 en moyenne sur l'année, avec des pics à 20 000 en haute saison), un hôtel d'une centaine de chambres peut sembler mince. Mais David Nouaille l'explique : " C'est réellement un nouveau métier pour nous. Nous entrons dans une phase de test et allons étudier le fonctionnement d'un hôtelavant de nous pencher sur de nouveaux projets. "

Source : Le quotidien du Tourisme

samedi 13 janvier 2007

Symphonie de Bethléem

par Simon Bourlet

Cette année encore, pour Noël, le Puy du Fou® créé l’événement et propose aux spectateurs de revenir 2 000 ans en arrière pour découvrir Bethléem à la veille de Noël. Un concert-spectacle de 1h15 pour plonger dans un tourbillon de surprises et d’émotions dans la féerie de Noël !

Présenté le samedi 9 décembre et les dimanches 3 et 10 décembre 2006, « Symphonie de Bethléem » sera joué dans le cadre prestigieux du Grand Carrousel du Puy du Fou®, le tout nouveau théâtre géant du Puy du Fou® (6 000 m2) trônant au milieu de 3 hectares de jardins à la françaises et accueillant jusqu’à 3 000 spectateurs.

Assis au chaud dans cette nouvelle salle de spectacle ultra moderne, face à une gigantesque scène de 2800 m2, les visiteurs assisteront à ce concert-spectacle qui réunit les meilleurs artistes mondiaux :


- l’Orchestre Philharmonique de Prague et ses 50 musiciens interprèteront en direct un répertoire des plus grandes musiques de Noël, réorchestré pour « Symphonie de Bethléem » par Antonin Mikulka. De Back à Haëndel en passant par les plus grands airs populaires, l’Orchestre Philharmonique de Prague emmène le spectateur dans un voyage musical inédit. Reconnue comme le spécialiste dans l’enregistrement de musiques de film, l’Orchestre Philharmonique de Prague est connu notamment pour les célèbres bandes originales du cinéma à grand spectacle hollywoodien telles que Oliver Twist, Alien vs Predator, Mulholland Drive….

- 15 choristes venus de toute l’Europe entonneront les plus grands thèmes musicaux de Noël,

- 50 acteurs sur scène joueront en direct l’histoire,

- la voix de l’acteur de théâtre Antoine Novel accompagnera les personnages du spectacle. Ce comédien de doublage d’expérience déclamera, en direct, les textes à chaque représentation,

- tous les savoir-faire du Puy du Fou® sont réunis avec les académies du Puy du Fou® où comédiens, danseurs, cavaliers, fauconniers, cascadeurs… feront vivre une mise en scène majestueuse et des chorégraphies jamais vues. Pour « Symphonie de Bethléem », ce sont notamment 250 costumes qui ont été créés par les ateliers de costumes du Puy du Fou®.

Ainsi, pendant 1h15 de spectacle, et à mesure que le narrateur livre par de brèves interventions l’histoire de Noël, le spectateur plonge dans un univers exotique qui l’emmène en Palestine, à la découverte d’une époque et d’un monde pleins de couleurs extravagantes et de mystères impalpables. A travers de courts extraits du Nouveau Testament, le narrateur conte l’histoire de ce petit enfant qui a donné naissance à la fête de Noël. Oiseaux nocturnes, bergers de Bethléem, mages, sabres arabes, drapeaux persans, cavaliers voltigeurs… sont au programme de ce concert-spectacle haut en couleur … Au total, plus de 120 acteurs, figurants, musiciens, comédiens et danseurs.

Les représentations de ce spectacle ont lieu les dimanche 3 décembre (14h30), samedi 9 décembre (17h30 et 21h), et dimanche 10 décembre (17h30). Les tarifs sont de 15 Euros pour les adultes, 13 € pour les enfants et gratuit pour les moins de 5 ans.

Source : Communiqué de presse

Puy du Fou® : un sage succès

par Simon Bourlet
Le spectacle amateur vendéen a donné naissance à un parc d'attractions à la croissance aussi constante que maîtrisée.
L'an mil. L'ombre des Vikings s'étend sur les côtes de Vendée. Leurs drakkars remontent les rivières, de village en village, semant partout la terreur. Le fracas des armes résonne, les toits de chaume s'enflamment... Happés par l'histoire, 3 500 spectateurs retiennent leur souffle en attendant le dénouement de la bataille. Décors, effets spéciaux, cascades, tours de magie : tout concourt à donner l'illusion qu'on se trouve au coeur d'un film d'aventure en trois dimensions.

Inauguré en avril, le spectacle « Les Vikings » est la nouvelle perle du Grand Parc du Puy-du-Fou® : en ce samedi de juin, les gradins affichent « complet » à chacune des représentations. Les 2 millions d'euros d'investissement en valaient la chandelle : la saison à peine commencée, 330 000 billets ont déjà été réservés, ce qui devrait permettre au parc d'attractions de faire encore mieux que les 760 000 visiteurs accueillis en 2004, année où il a réalisé un chiffre d'affaires de 21,3 millions d'euros pour un profit de 1,7 million (1). Des bénéfices que seraient bien en peine d'afficher des géants du secteur comme Disneyland-Paris et le Futuroscope, qui croulent sous les dettes.

Il y a vingt-sept ans, le pari était pourtant loin d'être gagné pour ce « Vendée-land » installé à 70 kilomètres de Nantes. Le premier spectacle de nuit, baptisé Cinéscénie® , date de 1978. A la plume, Philippe de Villiers, alors étudiant de l'ENA ; sur scène, 300 habitants des communes voisines ; et, en guise de décor, un château Renaissance en ruine posé au bord d'un étang. Deux acteurs célèbres, Philippe Noiret et Jean Piat, se prêtent au jeu en acceptant de lire les textes. « Sans eux, nous n'aurions jamais attiré autant de monde dans ce coin de campagne perdu, se souvient Philippe de Villiers, président du Conseil général de Vendée depuis 1988. Nous attendions au mieux 35 000 spectateurs, 82 000 sont venus. »

Depuis, 7 millions de tickets ont été vendus et 14 000 personnes se pressent chaque soir pour suivre les aventures à travers les époques de la famille Maupillier. Ballets équestres, scènes champêtres, batailles, fêtes de village : les tableaux se succèdent, racontant l'histoire très chrétienne et très royaliste de la Vendée, du Moyen Age à la Seconde Guerre mondiale. Loin des bouts de ficelle du début, la technologie est omniprésente, de la bande-son aux éclairages en passant par les jeux d'eau. Tout l'été, 3 000 bénévoles (dont 2 000 acteurs) se relaient pour animer cette pièce de théâtre en plein air.

Organisés en association loi 1901, ces « puyfolais » gèrent la Cinéscénie® depuis sa création et sont à l'origine d'une des plus belles réussites économiques de la région : le Grand Parc, 40 hectares d'allées ombragées et fleuries où les enfants courent pour ne pas manquer la prochaine « Bataille du donjon », qui oppose chevaliers français et anglais sur fond de guerre de Cent Ans. Et, une fois assis sur les bancs, les voilà sages comme des images. Loin des livres d'école, l'histoire fascine et réveille l'imagination.

Ouvert en 1989, le Grand Parc repose sur un concept simple : exploiter le jour les ressources du spectacle de nuit, toujours dans la même veine historique. « Nous avons commencé petit, avec la reconstitution d'un village du xviiie siècle, raconte Laurent Albert, directeur général du parc. Les lieux ont d'abord servi de décor à un film, ce qui nous a permis d'amortir assez vite les travaux. Ensuite, les investissements ont suivi l'augmentation de la fréquentation. » Installés dans un simple bungalow, les bureaux illustrent bien la politique de la maison : ici, le moindre euro de bénéfice sert à financer de nouvelles attractions. La Cité médiévale en 1995, le Fort de l'an mil en 1997, le Stadium gallo-romain en 2001, le Bourg 1900 en 2004...
« Il y a dix ans, quand nous sommes venus pour la première fois, il n'y avait que deux spectacles : "La Bataille du donjon" et "Le Bal des oiseaux fantômes", se rappelle Véronique, installée pour un pique-nique avec son mari et sa fille. Assez simple au début, leur mise en scène a beaucoup évolué. » Le rythme des créations s'est accéléré ces dernières années, mais leur coût reste maîtrisé : 3 à 5 millions pour la création d'un site, 1 à 2 millions pour un nouveau spectacle. Seules exceptions : le Stadium, pour lequel le parc a déboursé 6 millions, et le futur théâtre équestre, doté d'un budget de 10 millions. Une broutille pour Eurodisney, qui a investi environ 100 millions d'euros pour construire la première version de son attraction phare, Space Mountain.

Le secret de cette économie qui s'est développée sans jamais recevoir un centime d'aide publique ? « Contrairement à la plupart des parcs, nous fabriquons pratiquement tout nous-mêmes, explique Laurent Albert. Nous développons notre propre savoir-faire plutôt que de dépenser des millions pour acheter des projets clefs en main à des prestataires extérieurs. » Et le niveau technique atteint en vingt-sept ans a de quoi impressionner : dans les domaines de l'hydraulique, de l'éclairage ou du son, le Puy-du-Fou® a déposé plusieurs dizaines de brevets qui en font une référence dans le monde du spectacle. Au point que Disney et les Studios Universal envoient régulièrement des délégations sur place pour essayer d'en prendre de la graine.

Parallèlement à ce patrimoine technologique, le parc s'est constitué l'une des plus belles écuries de spectacle hippique d'Europe. Dressés à la voltige, à la cascade, à l'attelage ou à la danse, ses 180 chevaux sont au coeur de toutes les histoires contées ici. « Nous les entraînons comme des athlètes de haut niveau, été comme hiver », souligne Vincent Guilloteau, directeur de l'Académie équestre et puyfolais depuis vingt ans. Confortablement installés dans des chalets en bois couverts de rosiers grimpants, ces chevaux d'élite figurent aussi au casting de plusieurs films, dont le remake de 2003 de Fanfan la Tulipe. Autres stars : les tigres dressés par Thierry Le Portier dans les coulisses du Stadium gallo-romain. Leur filmographie - Deux Frères, de Jean-jacques Annaud, Gladiator, de Ridley Scott - parle pour eux. Et à quelques centaines de mètres de leurs cages, la Cité médiévale abrite une fauconnerie. Aigles, buses, vautours, faucons : 280 rapaces y nichent et s'y reproduisent. La relève est assurée !

Mais pour préparer l'avenir, le Puy-du-Fou® ne s'arrête pas là. Depuis 1998, l'Académie junior forme une nouvelle garde de cavaliers, de jongleurs, de cascadeurs, de danseurs... Ouverte aux 1 200 jeunes participant à la Cinéscénie® , elle comprend 23 écoles d'initiation aux arts du spectacle et à l'artisanat. « Nous essayons aussi de transmettre les valeurs du Puy-du-Fou® : le sens du beau, du travail bien fait, la patience, le respect », explique Elisabeth Bousseau, responsable de l'Académie Junior. Un état d'esprit et un fonctionnement proches de ceux du scoutisme : ici, tous les enseignants sont puyfolais de longue date. « J'ai commencé comme acteur dans la Cinéscénie® à l'âge de 9 ans. Ma grand-mère y participait déjà depuis longtemps comme costumière », raconte Antoine Besse, 25 ans. Responsable du spectacle des « Vikings », il passe une partie de l'été en costume médiéval et enseigne l'équitation classique l'hiver. Un collaborateur sur mesure. Au moment des grandes vacances, le parc recrute également 135 cavaliers saisonniers, dont 80 % sont issus de l'académie. Puyfolais depuis huit ans, Guillaume revêtira son habit de chevalier sitôt son bac passé, pour jouer dans « La Bataille du donjon ». « Etre payé pour monter à cheval, que rêver de mieux pour un job d'été ? » s'enthousiasme-t-il. Séduits par l'ambiance et le travail en plein air, les jeunes sont ravis de passer l'été au Puy-du-Fou® , que ce soit pour participer aux spectacles ou pour vendre des sandwichs. « C'est donnant, donnant », résume Laurent Albert.

Le principe vaut aussi pour les 25 artisans qui animent les ruelles des villages. Locataires pour la plupart, ils disposent avec le parc d'une vitrine exceptionnelle pour leurs produits. Frédéric Goudé, potier, installe depuis quinze ans son tour et ses pots de terre dans l'une des maisons du village du xviiie. En habit d'époque, il répond aux questions des enfants et raconte aux parents comment il fabrique lui-même ses pigments. Dans la cité médiévale, le sculpteur sur bois Bruno Minguet explique : « Sans le Puy-du-Fou® , je ne pourrais pas vivre de mon métier et je pourrais encore moins l'enseigner. » Son voisin, Jacques Bessonnet, sculpte en ce moment un panneau de marbre évoquant Aristote. Présent sept jours sur sept durant les quatre mois d'été, il s'amuse des remarques des visiteurs. « Certains s'imaginent que je ne suis qu'un acteur mimant les gestes de l'artiste ! » En guise de rémunération, le parc lui achète une dizaine de statues par an, pour un montant total d'environ 7 000 euros. D'autres artisans qui ne peuvent vendre leur production (sabotier, forgeron...) ont un statut différent. Salariés du parc, ils réalisent des objets pour les décors et les spectacles. Aucune compétence n'est perdue : les 68 permanents et 700 saisonniers sont tous les rouages précieux du dispositif.
Limité dans son développement par son caractère saisonnier, le parc prévoit d'accroître son activité en ouvrant ses portes à l'occasion de week-ends thématiques. « Nous mettrons l'accent sur le terroir et les fêtes : les vendanges, la chasse, Noël, l'Epiphanie, la mi-carême, précise Laurent Albert, mais Halloween est trop éloignée de notre identité. » Un concept testé avec succès cet hiver quand l'ouverture gratuite du Bourg 1900 a attiré 80 000 visiteurs en huit jours.

Le parc présente un seul point faible : l'absence d'hébergement. Pour inciter les visiteurs à prolonger leur visite, de petites auberges devraient les accueillir dès 2007. « Ils pourront passer la nuit dans une chaumière du Moyen Age et manger dans des écuelles en bois », raconte Philippe de Villiers. Et les projets de spectacles se multiplient autour des périodes de l'histoire encore inexplorées : la préhistoire, la Renaissance, la Première Guerre mondiale... « Nous ne manquons pas d'idées, mais notre budget est lié à l'évolution de la fréquentation », insiste Laurent Albert. De ce côté-là, pas un nuage à l'horizon : avec des tarifs très compétitifs - 76 euros l'entrée pour un couple avec deux enfants, contre 112 euros au Parc Astérix et 148 euros à Disneyland-Paris -, le Puy-du-Fou® a, semble-t-il, joué la bonne carte pour fidéliser sa clientèle. Enchantés de leur première visite, Dominique, Willy et leurs deux enfants le promettent : « Nous reviendrons dans quelques années découvrir les nouveautés ! »

(1) Entité distincte, l'Association du Puy- du-Fou® a réalisé en 2004 un bénéfice de 739 000 euros pour un chiffre d'affaires de 6 millions d'euros. Elle détient à 99,9 % la SAS du Grand Parc.

Les Puyfolais dans leur rôle

LE FORMATEUR.
Vincent Guilloteau dirige l'Académie équestre, où il fait travailler montures et cavaliers.
L'ARTISAN.
Frédéric Goudé loue un emplacement dans le parc pour exercer son art et vendre ses produits.
L'ACTEUR POLYVALENT.
Antoine Besse participe aux représentations l'été et enseigne l'équitation l'hiver.
LE PATRON.
Laurent Albert, directeur général, arbitre entre idées de développement et équilibre budgétaire.

Source : L'Expansion

samedi 6 janvier 2007

Une vidéo du Puyfolonaute

Une vidéo trouvé sur zippyvidéos.com

mardi 2 janvier 2007

Une vidéo de la Cinescenie®

Voici un diaporama fait par moi meme sur la Cinescenie® . Si vous avez d'autres photos concernant la Cinescenie® envoyez-les moi, merci.(toute nouvelle version)


lundi 1 janvier 2007

Des maquettes du Puy du Fou®

Voici quelques maquettes du Puy du Fou® :





Si vous voulez en voir plus allez sur le site officiel du maquettiste du Puy du Fou®.